×

kontaktieren Sie uns

corporate
DE

Bois-énergie : énergie locale et naturelle

Economies d’énergie, respect de l’environnement, gestion durable des ressources, sans oublier notre confort. Tout cela peut être assuré par la biomasse et notamment le bois-énergie. Petit tour d’horizon de l’énergie de notre futur immédiat.
 

On en parle tous les jours. Dans les médias, entre collègues ou en famille. Notre modèle de consommation énergétique nous mène vers une impasse. La surconsommation des énergies fossiles, gaz, pétrole et charbon, cause d’importants changements climatiques et environnementaux, avec des impacts déjà bien réels. Il est plus que temps d’accélérer la transition vers des sources d’énergies renouvelables, afin d’assurer ni plus ni moins que… notre survie.
En 2016, 17% de l’énergie consommée en Europe était d’origine renouvelable. L’Europe s’est  fixé comme objectif de monter cette part renouvelable à 32% d’ici 2030.
Et la biomasse représente un atout important dans la réalisation de cet objectif : 41,2%* de l’énergie renouvelable consommée actuellement est issue du bois !

* France, 2016

Biomasse, mais encore ?

La biomasse, c’est tout simplement l’ensemble des matières d’origine végétale ou animale présentes sur notre planète, y compris les déchets organiques et résidus végétaux.

La biomasse se classe en 2 grand types : humide (déchets organiques, résidus végétaux, etc.) ou sèche (le bois-bûches et les granulés de bois notamment). La biomasse est l’énergie la plus ancienne utilisée par l’homme : lorsque nous avons découvert le feu, nous avons utilisé pour la première fois de la biomasse pour nous éclairer et nous chauffer.

Biomasse : valorisation énergétique

La biomasse permet notamment de produire de la chaleur et de l’électricité. 
La biomasse humide sera, quant à elle, placée dans un digesteur (une grande cuve fermée) afin de produire du biogaz, un gaz à haute valeur calorifique, via un processus de biométhanisation (fermentation des matières en absence d’oxygène). Ces installations industrielles injectent de l’électricité sur le réseau et dans certains cas de la chaleur distribuée localement via des réseaux de chaleur souterrains. 
La biomasse sèche sera le plus souvent directement brûlée, on parle alors de bois-énergie principalement sous forme de bûches ou de déchets de scierie compactée (pellets ou granulés).

Le bois-énergie : une énergie renouvelable et écologique

Le bois-énergie est une énergie renouvelable à condition de gérer les forêts de manière durable. En compensant les prélèvements par des plantations, la forêt se reconstitue plus rapidement qu’elle est utilisée. C’est le cas en Europe : les surfaces boisées sont en accroissement permanent ! 

Se chauffer au bois avec un appareil moderne plutôt que d’utiliser des énergies non-renouvelables permet de réduire notre impact écologique. En effet, le CO2 libéré lors de la combustion correspond aux quantités captées lors de la croissance de l’arbre. Ces quantités émises sont surcompensées par la captation des nouvelles plantations et de la forêt en croissance. Dans les exploitations forestières européennes, exploitées de manière durable, le bilan carbone du chauffage au bois est donc neutre. Le chauffage au bois issu de productions locales fait partie intégrante d’un « cycle naturel ». Utiliser du bois produit localement permet de réduire fortement notre impact sur le réchauffement climatique. Tout en veillant sur les forêts européennes, véritable puits à carbone, captant chaque année 10% du CO² émis (toute source confondue)

Le bois-énergie contributeur majeur au sein des énergies renouvelables

En 2016, en France 16% **de l’énergie consommée était d’origine renouvelable. Cette énergie renouvelable se répartit ainsi :

 

Le bois-énergie contributeur majeur au sein des énergies renouvelables
Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2018-10/datalab-35-cc-des-energies-renouvelables-edition-2018-mai2018-c.pdf

 

On voit que le bois énergie couvre 41,2% des apports en énergie renouvelable, loin devant l’hydraulique, l’éolien ou le solaire !
Si on se concentre sur la production de chaleur, en France, 21,3% de l’énergie est d’origine renouvelable. Sur cette partie renouvelable, la biomasse représente 78,6%. (source : Etat des énergies renouvelables 2017, Bilan EurObserv’ER 2018).
En effet, le cumul des appareils de chauffage individuels au bois utilisés par 50% des ménages en France, place le bois-énergie loin devant les pompes à chaleur (10,2%) ou le solaire thermique (2,3%) dans la production de chaleur à partir d’énergie renouvelable.

https://www.eurobserv-er.org/etat-des-energies-renouvelables-en-europe-2018/

 

Et la contribution du bois-énergie au sein des énergies renouvelables chiffre va encore s’accentuer à l’avenir.
Nos pays doivent en effet respecter des objectifs chiffrés d’énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation d’énergie finale (chauffage + électricité + transport).
Ce pourcentage était en 2016 de 16% pour la France (avec un objectif 2020 de 23%), et pour la Belgique de 8,7 % (objectif 2020 de 13%). 

L’Europe s’est fixée comme objectif, d’ici 2030, de produire 32 % de l’énergie consommée à partir de sources d’énergies renouvelables. Et la biomasse figure en bonne place sur les tablettes européennes pour atteindre ce but. 

Le bois-énergie : de nombreux avantages

Le bois-énergie, dispose de nombreux avantages, tant économiques qu’écologiques, qui en fait une source d’énergie idéale.

Atouts économiques :

- La biomasse est disponible en quantité en Europe : forêts, prairies, et culture abondent sur nos territoires. L’exploitation durable est obligatoire et démontre que le renouvellement dépasse le prélèvement.

- La biomasse constitue une opportunité pour les entreprises européennes de devenir leaders dans l’innovation technologique, en vue de s’affranchir de la dépendance aux carburants fossiles.

- L’utilisation locale de la biomasse soutient une économie locale en circuit court et crée des emplois locaux durables et non-délocalisables.

- le bois-énergie est une source d’énergie proche ; l'énergie nécessaire à son extraction, à sa transformation et à son transport est bien moindre que pour les énergies fossiles ou nucléaires. La biomasse locale nécessite beaucoup moins d’énergie grise pour son exploitation que les énergies fossiles, qu’il faut aller puiser toujours plus loin géographiquement et à des profondeurs toujours plus importantes. Et cela se répercute aussi économiquement : entre 1998 et 2013, le coût de l’extraction pétrolière a triplé !

- Pour les particuliers, la facture énergétique est réduite. Le chauffage au bois, en plus d’être convivial, est plus économique qu’un chauffage au mazout ou au gaz. Son prix reste stable car il n’est pas soumis à spéculation.

- De plus, cette source d’énergie renouvelable est facilement stockable. 

Atouts environnementaux :

- Un bilan carbone neutre : la plantation de nouveaux arbres et la croissance des forêts compensent le CO2 libéré dans l’atmosphère par la combustion du bois. Le carbone est à nouveau piégé lors de la croissance de l’arbre ou de la plante. Le bilan carbone est donc neutre.

Le chauffage au bois fait donc partie intégrante d’un « cycle naturel » réduisant fortement notre empreinte écologique et notre impact sur le réchauffement climatique.

Dans le sud de la Belgique, la surface forestière a augmenté de 25 % au cours des 100 dernières années, et occupe aujourd’hui 30% de la superficie du pays. L’accroissement permanent des surfaces boisées est une preuve que le bois prélevé sur le territoire européen est replanté, et que la ressource bois, tout comme l’ensemble de la biomasse, se renouvelle en permanence.

- Actuellement, 25% des foyers wallons et 1 foyer français sur 2 sont équipés d’appareils de chauffage au bois. Mais si l’ensemble des appareils de chauffage alimentés au carburant fossile était remplacé par des chauffages modernes au bois, l’impact des émissions totales de CO2 serait fortement diminué.

Conclusion

En Europe, nous sommes chanceux. Notre territoire regorge de ressources en biomasse.

Voilà qui nous offre la possibilité d’affronter les défis climatiques, avec de nouveaux modes de production énergétique, bien plus en phase avec l’environnement, tel que le bois de chauffage. Les foyers modernes de Stûv, inserts ou poêles, à bûches ou à pellets, permettent en effet des performances impressionnantes, avec des rendements de l’ordre de plus de 80%, bien loin des cheminées ouvertes de l’ancien temps. Nous pouvons donc disposer chez nous des bienfaits de la biomasse, via notre propre centrale « bois-énergie », la convivialité en plus.

Pour conclure, précisons qu’en France et dans d’autres pays, des aides publiques existent (CITE, éco-PTZ, éco-subvention Anah, etc.) pour favoriser l’installation d’appareils de chauffage au bois par des professionnels qualifiés. Toujours bon à savoir pour concilier économies, confort et respect de l’environnement.